Bas les Pat, Hauts les coeurs

pat_fb

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.
J’aurais tant de choses à dire mais les mots se tordent et ne sortent de ma bouche que des sanglots
Prêts à éclater, comme autant de bombes et fusées de détresse

Depuis le moment où j’ai su, le maquillage ne tient plus.
Le fond de teint se dilue dans le torrent lacrymal
Si seulement le noir autour des yeux et sur les joues pouvaient être tatoué sous ma peau indéfiniment
L’encre du mal invisible qui te rongeait tant
Que le monde connaisse l’étendue de ta perte, la douleur, le manque de toi,
autant de plaies béantes pour nos âmes inconsolables
Et tant pis si le monochrome vire à l’écarlate
Et rien ne peut stopper l’écoulement, ni la vision de toi souriant, encore moins t’imaginer sur l’autre rive définitivement.
Ni répit ni soulagement.

Les souvenirs sont des griffes qui lacèrent le coeur lorsque l’Autre s’éteint
Ils compriment le diaphragme de tout le poids du bonheur vécu et de l’intensité des moments partagés
La torture de mes entrailles et les séquelles liées à ta cruelle disparition sont proportionnelles à notre attachement

Depuis que nous sommes orphelins de ta joie de vivre
chaque respiration est désormais poison
Chaque signe de bonheur alentour est une offense à notre malheur
un couteau dans la plaie qui fait remonter sans arrêt le passé à la surface
La distance rendait rares nos entrevues
mais la vie est désormais fade et insipide sans toi
Tu incarnais tellement la bonté et l’insouciance
Tout a perdu de son sens et s’est vidé de sa substance

J’espère que ta fin a été aussi douce que fut apaisée ta vision de l’existence
À bas le superflu et le futile,
ton quotidien était centré sur l’essentiel et ton compagnon félinséparable
Maintenant, grâce à toi, à cause de toi, malgré toi,
je comprends – trop tard – pourquoi tu ne te consacrais qu’au meilleur et avais le coeur grand ouvert
Notre passage sur terre est éclair, trop bref pour y incorporer les éléments toxiques et l’enfer

Repose en paix, «Pat pieds nus».
Lorsque je me serai déchaussé, tu me tendras la main pour m’aider à me relever
Chaque fois que mon pied effleurera le rugueux bitume, tu ne seras jamais loin
Notre guide pour nous montrer le chemin, comme tu l’as toujours été
Pour l’éternité

Publicités

Une réflexion sur “Bas les Pat, Hauts les coeurs

Lâche ton com'

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s