Ride like the wind

Au premier contact, je sens que le ressenti va être plus hardcore que hard cuir. Sensible, pas aussi agréable que lorsque j’en ai sous le pied (de la semelle) mais pas déplaisant non plus. Ça permet au passage de modeler et atténuer le signal transmis par le cerveau. Un travail sur le long terme.

Je n’ai pas encore réussi à me coucher [plus] tôt, malgré l’amplitude horaire énorme de la veille. Certes, ce n’est pas autant qu’à l’époque, où j’étais de fermeture dans l’hôtellerie et partais galoper à 5 heures du mat’. Et encore, j’étais loin d’imaginer que j’hériterai d’une f*cking journée à rallonge et finirai ce soir à 20h.

optb41qig3qm

Je repense à une collègue avec qui j’ai travaillé la veille, qui a coupé court à ses débuts en skate suite à des courbatures aux chevilles et aux mollets, qu’elle compare à celles dont souffrent « les coureurs qui n’ont pas assez d’amorti sur leurs chaussures » (mais non, ce sont juste les muscles atrophiés depuis des millénaires qui se réveillent enfin).

Le jour se lève en même temps que le vent. Celui-ci sèche mes yeux, humides après avoir contourné l’Aquaboulevard. Ou mes larmes d’hier, qui sait.

Bonne journée !

Lien vers l’album

20161005_074553-l

Publicités

Lâche ton com'

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑